Zoom sur ...

  • Prev
  • Next

Qu’est-ce qu’un oscilloscope ?

Catégorie : bricolage | Ecrit par : emilie | Le : 06-12-2016

0

 

Dans bien des domaines (sciences, médecines…), l’oscilloscope est un outil de mesure nécessaire au suivi d’un état particulier (patient ou autre). Son usage est également primordial pour le bon déroulement d’une expérience scientifique. L’on peut observer ainsi des résultats précis et objectifs.

oscilloscope

Un oscilloscope, c’est quoi ?

L’oscilloscope est un instrument destiné à évaluer et à visualiser un signal électrique à l’aide de capteurs. Il permet d’obtenir une image qui se traduit par une courbe, plus communément appelée l’oscillogramme. Celle-ci transmet en temps réel les évolutions de la tension. La ligne horizontale représente l’axe du temps, tandis que la ligne verticale indique l’intensité électrique. L’oscillogramme se déplace toujours de gauche à droite. Certains modèles proposent de nombreuses fonctions annexes telles qu’une échelle de temps, un zoom ou une capacité d’enregistrement.

Quelle est l’utilité d’un oscilloscope ?

Concrètement, il permet d’évaluer l’intensité d’un signal électrique en entrée ou en sortie pour mieux observer une situation ou ce que le courant provoque par la suite. Il s’avère très pratique pour savoir si l’on se trouve en présence d’un courant alternatif ou continu. L’oscilloscope offre aussi la possibilité de vérifier la régularité d’une tension sur une période plus ou moins longue. Bien entendu, celle-ci est déterminée à l’avance par le ou les utilisateurs. À terme, l’ensemble de ces informations permet de définir l’intensité minimale et maximale observée.

distrame-instrument

Un outil innovant

Avec les nouvelles technologies, les oscilloscopes se sont perfectionnés et diversifiés. En plus des modèles analogiques et portables, on trouve des oscilloscopes numériques qui ne disposent pas forcément d’écran d’observation puisqu’il se branche directement sur un ordinateur. C’est notamment le cas des oscilloscopes USB. Il faut aussi veiller à adapter l’alimentation d’un laboratoire avant toute installation. L’apport d’accessoires (module de déclenchement, chargeur de batteries…) et d’équipements tels que des sondes de courant ou des sondes différentielles offre des moyens plus importants à des besoins précis. Pour faire le point sur les différents instruments de mesure, rendez-vous sur le site de l’expert : www.distrame.fr/fr

 

 

Pourquoi offre-t-on des chocolats à Noël ?

Catégorie : Cuisine | Ecrit par : julia | Le : 06-12-2016

0

Quand on parle des fêtes de fin d’année, on pense immédiatement au sapin, aux cadeaux… et au chocolat ! Mais au fait, pourquoi offre-t-on du chocolat à Noël ? Pas si facile à dire !

Au commencement…

Jusqu’au siècle dernier, les chocolats n’avaient pas vraiment la cote. C’est bel et bien la bûche qui était incontournable. À l’origine, il s’agit d’un rituel emprunté aux païens. Pour Noël, dans chaque foyer, le chef de famille installait une immense bûche dans la cheminée, et il était de coutume de la laisser se consumer pendant 24 heures. Cette très ancienne tradition a laissé place à la bûche version gâteau, moins encombrante et beaucoup plus gourmande ! Vers la fin du XIXe siècle, l’art des chocolatiers s’est largement développé. Pour concurrencer la bûche, ils ont misé eux aussi sur d’anciennes traditions. Dans les pays de tradition orthodoxe, saint Nicolas distribue par exemple des friandises aux enfants. En Italie, c’est la sorcière Befana qui récompense les enfants sages en leur offrant des pièces en chocolat.

Le chocolat : un cadeau précieux

Si les chocolats sont devenus incontournables au cours des fêtes de Noël, ce n’est pas uniquement grâce au talent et à l’imagination des maîtres chocolatiers. Dès l’Antiquité, en effet, le chocolat était considéré comme un présent de grande valeur. Les Aztèques et les Mayas considéraient en effet que le chocolat était sacré. Ils lui prêtaient de grandes vertus thérapeutiques et purifiantes. Il était également courant que les fèves de cacao soient utilisées comme monnaie. Importé en Europe au XVIe siècle, le chocolat était très cher. Il était donc réservé à une élite. Aujourd’hui encore, le chocolat conserve cette aura précieuse : c’est la raison pour laquelle chocolats de Noël et chocolats de la Saint-Valentin sont si appréciés !

Vacances d’hiver : comment choisir son club de vacances ?

Catégorie : voyages | Ecrit par : melissa | Le : 29-11-2016

0

vacances-ski

Chaque année, c’est la même histoire : à l’heure de partir pour les vacances d’hiver, vous vous demandez comment choisir votre club de vacances ! Cette fois, on vous aide à faire le bon choix !

Choisissez votre destination

Avant toute chose, il est important de déterminer votre destination. S’il existe de nombreux villages vacances situés dans des pays ensoleillés, l’option neige n’est pas à négliger. Vous avez enfin tranché ? Il ne reste plus qu’à déterminer votre profil : partez-vous en amoureux, en famille ou entre amis ? Car il est important de sélectionner un club qui vous offre un environnement adapté. En effet, certaines destinations sont résolument festives, quand d’autres offrent un accueil privilégié aux familles.

Prenez aussi le temps de consulter les animations proposées au sein même du club, en particulier si vous partez avec des enfants. Dans ce cas, sélectionnez un club qui offre des infrastructures et des animations spécialement conçues pour les petits !

Destination ski

Des vacances au ski nécessitent une logistique plus conséquente qu’un séjour au soleil : location de matériel, forfaits de remontées mécaniques, et éventuellement cours de ski, autant d’éléments qui peuvent alourdir le budget vacances ! Sans parler des complications en matière d’organisation.

La grande majorité des villages clubs offrent des formules « tout compris », incluant pension et hébergement. Si vous souhaitez prendre la direction des pistes enneigées en toute sérénité, montrez-vous plus exigeant(e) ! Privilégiez les clubs offrant des formules plus complètes, comprenant également la location du matériel, votre forfait ainsi que vos cours de glisse. Non seulement vous ferez de belles économies, mais vous vous simplifierez grandement l’organisation du séjour : à votre arrivée, votre seule mission sera de récupérer le matériel et de filer sur les pistes !

Cancer : 5 idées reçues sur le cancer

Catégorie : santé | Ecrit par : pauline | Le : 10-11-2016

0

Tout le monde a sa petite idée de ce qu’est un cancer. Mais derrière ce mot, il existe un nombre incalculable de cancers. Parce qu’aucun cancer n’est identique à un autre, nous avons décidé de répondre à 5 idées reçues sur cette maladie qui est la cause chaque année en France de 150.000 décès.

Cancer : 5 idées reçues sur le cancer

Cancer : 5 idées reçues sur le cancer

Comment ouvrir une franchise qui marche ?

Catégorie : Entreprise | Ecrit par : melissacarre | Le : 03-11-2016

0

Une franchise est une stratégie d’entreprise où le franchiseur développe un réseau de franchisés à partir d’un concept et d’un savoir-faire. Cette méthode permet de ce fait à un indépendant d’entreprendre plus rapidement et d’optimiser ses chances de succès en profitant de l’expérience et de la notoriété d’une enseigne. Pour y parvenir, il devra engager une partie de sa vie et de ses capitaux, c’est pourquoi il est primordial de prendre certaines précautions avant de se lancer et de connaître la marche à suivre. Le point.

Choisir son franchiseur

choisir-franchise-rentable

Pour ouvrir une franchise, il faut avant tout savoir choisir son franchiseur. Ce dernier doit répondre à différents critères propres au futur franchisé comme :

  • Être sérieux et posséder de grandes compétences comme le savoir-faire ou l’assistance commerciale ;
  • Avoir une excellente organisation afin de lui apporter de nombreux services ;
  • Avoir une bonne logistique pour livrer le franchisé dans les délais prévus afin de servir ses clients dans les meilleurs conditions possibles.

Avant de prendre une décision positive ou négative, il est également important de rencontrer plusieurs franchisés de la marque ou de l’enseigne afin de se faire sa propre opinion.
Enfin, le franchisé devra aussi s’assurer que le franchiseur ne soit pas défaillant : son enseigne ne doit surtout pas se développer avec pour seul fond le capital de ses premiers franchisés et son encadrement doit être suffisant et ses structures adéquates.

Calculer l’investissement global et la rentabilité

Un investissement global plus ou moins important est nécessaire pour l’ouverture d’une franchise. Ce capital comprendra, entre autres :

  • L’investissement de départ pour la formation, l’agencement et les divers équipements ;
  • L’apport personnel ;
  • Les droits d’entrée ;
  • Les redevances et les royalties.

C’est pourquoi, au vu de cet investissement, le franchisé devra calculer la rentabilité de cet investissement. Le principal ratio à prendre à compte est :

  • Le résultat réalisé par l’entreprise une fois les charges payées (marchandises, personnel, loyers et emprunt) ;
  • La déduction faite d’une rémunération « technique » correspondant au salaire d’un manager de la profession.

Ce résultat net avant impôt peut aller de 0 jusqu’à 25% du chiffre d’affaires. Ces sommes ont pour objectif de permettre au franchisé de récupérer son investissement de départ mais aussi de dégager un profit après quelques années d’exercice.

Choisir son secteur d’activité et sa localisation

secteur-activite-franchise

Afin d’ouvrir une franchise rentable sur la durée, le franchisé doit au préalable décider du secteur d’activité dans lequel il souhaite mener à bien son projet. Plusieurs possibilités s’offrent à lui :

Cette même franchise pourra être localisée en magasin, en France ou à l’international ou bien encore à domicile. Quel que soit la localisation, les critères géographiques et économiques d’implantation devront correspondre aux attentes du franchisé.

Enfin, dans le cadre de la loi Doubin et avant la signature du contrat de franchise définitif, le franchiseur devra remettre au franchisé un document d’information précontractuelle (DIP) contentant les informations sur l’entreprise, sur ses activités ainsi que les autres informations importantes comme la présentation du marché. C’est seulement après cela que les deux parties pourront signer le contrat de franchise.

Comment nettoyer efficacement une piscine privée ?

Catégorie : jardin | Ecrit par : melissacarre | Le : 28-10-2016

0

Le nettoyage et l’entretien vont forcément de pair lorsqu’il est question de piscine. Régulièrement polluée par les baigneurs (transpiration cheveux sales, bactéries) et par la nature (feuilles, pollen, intempéries), il est impératif d’en prendre soin si l’on souhaite qu’elle soit pérenne toute l’année. Conseils et astuces pour bien entretenir et nettoyer efficacement une piscine privée.

Entretenir régulièrement l’eau

entretien-piscine-privee

Une des premières règles en matière d’entretien de piscine est le nettoyage de l’eau. Afin de protéger cette dernière, l’entretien doit se faire régulièrement, de façon à la rendre pure et propre plus longtemps.

Il est parfois conseillé de rééquilibrer l’eau, soit en réajustant le dosage des produits ou bien en mettant en place un traitement de choc à l’aide de désinfectants :

  • Le chlore, produit le moins cher, élimine les bactéries et s’avère très efficace dans une eau dont le pH est compris entre 7 et 7,4. Cependant, il impacte le pH et dégage une odeur forte et parfois désagréable autour du bassin. De plus, il n’est absolument pas adapté aux peaux sensibles ;
  • Le brome, désinfectant naturel, supprime de manière efficace bactéries, virus et champignons. Contrairement au chlore, le brome est parfaitement inodore ;
  • L’oxygène est le produit le plus adapté au corps humain et est, de plus, multifonction : il désinfecte, clarifie l’eau et repousse les algues. Toutefois, il n’est adaptable qu’aux petits bassins de 50 à 60m3.

Nettoyer la piscine et ses équipements

super-pump-hayward

En premier lieu, il est conseillé de nettoyer l’eau de la piscine à l’aide d’une épuisette afin de ramasser les débris comme les feuilles mortes ou les insectes trop curieux flottant à la surface. Ce léger nettoyage est particulièrement recommandé avant chaque baignade.

Ensuite, à l’aide d’un balai aspirateur ou d’un robot hydraulique, on nettoie le bassin plus en profondeur.

Enfin, qui dit piscine propre dit équipements propres ! En effet, les appareils servant à filtrer les impuretés de l’eau en permanence tels que la pompe de piscine de la marque Sta-Rite par exemple ou bien la pompe de piscine Super Pump Hayward nécessitent eux aussi d’être régulièrement nettoyer.

 

Pour finir, afin de limiter les tâches d’entretien d’une piscine, opter pour une couverture ou un abri de piscine peut être l’étape ultime : ils protègeront l’eau des éventuelles intempéries et surtout de la pollution extérieure.

 

Partir vivre à l’étranger : mode d’emploi

Catégorie : voyages | Ecrit par : melissa | Le : 20-10-2016

0

japon

Les motivations pour partir vivre à l’étranger varient en fonction du projet. Que ce soit pour finir ses études, effectuer un stage, ou s’installer définitivement dans un pays étranger, les conditions d’installation ne sont pas les mêmes. Une vraie réflexion concernant votre projet ainsi qu’une bonne organisation sont nécessaires avant de vous lancer dans l’aventure de l’expatriation.

Définissez votre projet

En fonction de votre projet et du pays dans lequel vous souhaitez vous installer, les formalités varient. Les conditions ne sont pas les mêmes pour obtenir un visa étudiant, un visa touristique ou un visa de travail. Alors, avant de prendre un vol direct Paris Hong Kong, prévoyez du temps et une grande disponibilité afin de répondre aux différentes formalités. Partir vivre à l’étranger ne s’improvise pas. Renseignez-vous impérativement sur le site de l’ambassade du pays de destination. En fonction de votre projet, vous trouverez tous les renseignements pour effectuer les démarches indispensables à l’obtention d’un visa en règle avant votre départ.

Trouvez une activité avant de partir

Si votre projet est de travailler dans un pays étranger, il est conseillé de démarrer vos recherches professionnelles avant de prendre vos billets Paris/Tokyo. Pour obtenir un visa de travail, il est nécessaire d’avoir une promesse d’embauche de la part d’un employeur, voire un contrat de travail. Si vos recherches peuvent s’effectuer par Internet, prévoyez également de vous rendre sur place pour un ou plusieurs courts séjours. Ces séjours sont indispensables pour vous familiariser avec l’environnement, réaliser vos recherches d’emploi plus directement et rencontrer votre futur employeur.

Faites des recherches

Profitez de votre réseau professionnel et amical pour vous garantir une bonne installation sur place. On ne s’installe pas à Londres ou à New York de la même façon qu’à Hong Kong ou à Tokyo. N’hésitez pas à consulter les blogs, forums et différents sites, souvent généreux en conseils et expériences réussies ou non. Envisagez une colocation pour quelques mois par exemple afin de vous familiariser avec les coutumes et la vie sur place. Ne négligez pas la souscription d’une bonne assurance en cas de problèmes. Enfin, conservez des liens avec votre pays d’origine, et prévoyez un ou deux vols retours la première année, pour adoucir l’inévitable coup de blues de l’expatrié.

La Sécurité sociale étudiante : comment ça marche ?

Catégorie : santé | Ecrit par : melissa | Le : 12-09-2016

0

securite-sociale-etudiante

Lors de son inscription au sein d’un établissement d’enseignement supérieur, l’étudiant est confronté à plusieurs choix. Lui qui n’a jamais ou presque mis le nez dans les détails administratifs, va devoir se poser des questions quant au fonctionnement de sa couverture santé et se renseigner sur les démarches à accomplir. Questions Beehoo fait le point sur l’inscription obligatoire à la Sécurité sociale étudiante et sur les offres de complémentaires santé. Suivez le guide.

Sécurité sociale étudiante : une inscription obligatoire ?

A leur entrée dans les études supérieures, la plupart des étudiants ne sont plus couverts par la Sécurité sociale de leurs parents.

Il faut savoir que la Sécurité sociale étudiante est gérée par les mutuelles étudiantes qui assurent la gestion des dossiers ainsi que les remboursements du régime obligatoire des frais de santé.

En début d’année universitaire, il est donc indispensable de s’affilier à une mutuelle étudiante qui gérera ainsi l’assurance maladie/maternité de l’étudiant. Ce choix se fait en même temps que l’inscription dans l’établissement d’enseignement supérieur.

Pour une première inscription, il est donc important de joindre au formulaire d’affiliation une copie de l’attestation de carte Vitale du parent sur laquelle l’étudiant est mentionné, un RIB, une photocopie de la carte d’identité…

Les étudiants âgés de moins de 20 ans pendant l’année universitaire (du 1er septembre au 31 août de l’année suivante), sont exonérés de cotisation. En revanche, les étudiants de 20 ans et plus doivent s’affranchir d’une cotisation annuelle (les élèves boursiers en sont dispensés).

Certains étudiants peuvent rester affiliés au régime de Sécurité sociale de leurs parents (voir l’image ci-dessous pour les cas particuliers).

Faut-il souscrire à une offre de complémentaire santé ?

Il faut savoir que la Sécurité sociale étudiante ne rembourse qu’une partie des dépenses de soins. Elle prend généralement en charge 70% du montant total des soins et des actes. Il reste donc 30% à payer, ce qui correspond au « reste à charge ». Il faut alors sortir l’argent de sa poche, ou souscrire une offre de complémentaire santé.

Souvent, la complémentaire santé des parents peut continuer à couvrir l’enfant étudiant sans surcoût. Mais ce n’est pas toujours le cas. Il est donc intéressant de faire jouer la concurrence, et de se tourner vers une complémentaire réellement adaptée aux besoins des étudiants (remboursement du moyen contraceptif, aide au sevrage tabagique, frais dentaires…).

Beaucoup d’étudiants choisissent ainsi de confier la gestion de leur protection santé complémentaire à la mutuelle qui gère déjà leur Sécurité sociale. Ces mutuelles étudiantes proposent des contrats de base mais également des offres plus pointues. Il est donc important que l’étudiant cible bien ses besoins en amont. Ces organismes disposent également de nombreuses offres d’assurances étudiantes.

 

Comment bien préparer sa randonnée ?

Catégorie : sports | Ecrit par : melissa | Le : 20-08-2016

0

randonnée

Vous êtes (enfin) en vacances et comptez effectuer une belle randonnée sur le GR70 en solo, en famille ou entre amis ? Vous avez bien raison. La randonnée est bonne pour la santé et le moral ! Elle permet de faire le plein d’air pur tout en admirant un sublime paysage. Mais ce loisir peut vite tourner au cauchemar sans une bonne préparation. Questions Beehoo vous donne quelques pistes pour préparer au mieux votre périple.

Choisir son itinéraire

Vous avez choisi la destination de votre randonnée ? Parfait, maintenant, vous devez étudier dans les moindres détails l’itinéraire. Pour vous aider à préparer votre randonnée sur le GR65 par exemple, aidez-vous de cartes, de topoguides ou encore d’internet. Par exemple, le site Respirando donne des conseils sur les activités nature de Haute-Loire, dont les randonnées, les stations de trail, les sentiers vélo, les activités d’eaux vives…

Calculez votre itinéraire en fonction de votre expérience et de vos aptitudes physiques. Attention, en fonction de ces deux paramètres, vous devrez évaluer le niveau de difficulté de la randonnée : dénivelé, type de terrain, poids du sac à dos, nombre de jours de marche, altitude…

Préparer son parcours

Une fois l’itinéraire défini, vous devez à présent organiser les différentes étapes de votre parcours en vous posant les bonnes questions. L’itinéraire choisi fait-il une boucle ? Si non, comment rejoindre les voitures garées au point A ? Où dormir ? Les refuges sont-ils ouverts ?

Pensez également à consulter la météo avant de partir, et si besoin d’adapter votre parcours et cos étapes.

Avoir le bon matériel

Pour une randonnée réussie, pensez à investir dans du matériel de qualité, à commencer par de bonnes chaussures. N’hésitez pas à demander l’avis d’un vendeur, et essayez vos futurs chaussures en préférence en fin de journée, au moment où vos pieds sont les plus gonflés. Pensez aussi aux chaussettes, qui doivent être respirantes et faciles à sécher.

Côté vêtements, on adopte le système des 3 couches, afin de faire face à toutes les évolutions de la météo.

Et enfin, votre autre fidèle compagnon de rando sera le sac à dos. Il existe différents modèles et tailles adaptés à la randonnée. Veillez à en choisir un pourvu d’une bonne ceinture ventrale, pour répartir la charge et éviter ainsi le mal de dos.

En plus de tout cela, prévoyez des bâtons de marche, de la nourriture et de l’eau en quantités suffisantes et tout le matériel nécessaire pour passer la nuit si vous prévoyez de bivouaquer.

Se préparer physiquement

Rappelez-vous que la randonnée est avant tout un sport. Il faut donc un minimum d’entraînement avant de se lancer à l’assaut d’un chemin de randonnée avec dénivelés et altitude. Plus vous serez en forme, plus vous profiterez de votre balade.

Le mieux étant de pratiquer une activité physique à côté de la randonnée, tout au long de l’année.

Vous voilà fin prêt à partir à l’assaut des montagnes !

 

Objet publicitaire : quelles sont les nouvelles tendances ?

Catégorie : Entreprise | Ecrit par : melissa | Le : 18-08-2016

0

sac-promo-recyclable

L’objet publicitaire, on le sait, est un puissant vecteur de communication. Il est très efficace pour les entreprises et les collectivités.

Mais aujourd’hui, les consommateurs ont de nouvelles attentes. Les entreprises doivent donc adapter leur stratégie de communication en fonction de ces attentes et de la dématérialisation client. Car aujourd’hui, la communication se joue sur de multiples canaux. Mais alors, quels objets publicitaires privilégier aujourd’hui ? Questions Beehoo fait le point.

Les objets publicitaires High-tech

La multiplication des objets connectés se poursuit et les accessoires high-tech séduisent donc un large public.

L’objet publicitaire High-tech se prête à toutes les opérations de communication comme les cadeaux publicitaires, les cadeaux d’affaire ou d’entreprise…

Ainsi, pour conquérir les clients, les entreprises peuvent miser sur les supports pour tablette, les batteries de secours, les clés USB ou encore les casques audio.

Les objets publicitaires responsables et durables

Le souci de l’écologie est au cœur des préoccupations de nos concitoyens. Les entreprises l’ont bien compris et toutes tentent de faire de la préservation des ressources une priorité.

Les entreprises engagées dans une démarche éco-responsable auront donc à cœur d’offrir des cadeaux publicitaires allant dans ce sens.

Ainsi, les entreprises peuvent miser sur des objets utiles du quotidien comme des sacs shopping réutilisables, des mugs ou des bouteilles, des lampes torches de poche à énergie solaire, des étiquettes bagage, un porte-carte grise

Les objets publicitaires made in France

Depuis quelques temps, les objets publicitaires de fabrication française sont mis en avant. Les entreprises aiment en effet mettre en avant le savoir-faire de notre pays. En proposant des objets publicitaires de fabrication française, les entreprises affichent ainsi clairement leur soutien à l’économie locale et montre leur préoccupation liées aux conditions de fabrication du produit…

Elles affichent également une volonté éco-responsable en diminuant l’empreinte carbone liée au transport de leurs objets publicitaires.